PROCES FOUQUIER, 7 MAI 1795, LE VERDICT EST TOMBE A 17 heures

Publié le par culture

Le 17 floréal (6 mai 1795-il y a 220 ans exactement) à Midi, après 15 H de délibérations, les jurés apportent le résultat de leur décision.

En vertu de la déclaration des jurés et après le réquisitoire de l'accusateur public le tribunal acquitte :

Maire, Harny, Deliège, Naulin, Lohier, Laporte, Trinchard, Duplay, Brochet, Chrétien, Ganney, Trey, Beausire, Guyard et Valagnos.

Ils sont immédiatement mis en liberté sauf : Naulin, Lohier, Trinchard, Duplay, Brochet, Chrétien, Trey et Valagnos détenus pour d'autres causes avant leur mise en jugement et qui sont réintégrés dans leurs prisons.

Les gendarmes ramènent ensuite les autres accusés à l'audience. Faisant droit sur le réquisitoire de l'accusateur public, le tribunal condamne à mort :

Fouquier-Tinville, Benoît, Boyaval, Châtelet, Foucault, Dupaumier, Garnier-Launay, Girard, Herman, Lanne, Leroy dit 10 août, Prieur, Renaudin, Scellier, Verney et Vilate.

Fouquier-Tinville, 49 ans, pendant que le Président prononce l'arrêt de la Cour se met dans une violente colère, accable le tribunal et les jurés d'insultes et leur annonce à tous qu'ils périront bientôt (Il semble avoir oublié que c'est lui qui est accusé !).

Boyaval, 48 ans, « je demande au peuple de me laisser expier mes fautes sans nous insulter sur notre passage ».

Foucault : « je lègue au peuple ma femme et mes enfants », un cri dans la salle c'est le fils entendant la condamnation à mort de son père qui clame son désespoir.

Herman, 36 ans, (le juge de Marie-Antoinette qui lui avait déclaré lors de son « procès » : vous êtes l’instigatrice principale de la trahison de Louis Capet. L’examen fait de toutes les pièces transmises par l’accusateur public, il en résulte qu’à l’instar des Messaline, Frédégonde et Médicis, que l’on qualifiait autrefois de reines de France et dont les noms à jamais odieux ne s’effaceront pas des fastes de l’histoire, Marie-Antoinette, veuve de Louis Capet, a été, depuis son séjour en France, le fléau et la sangsue des Français, la cause des troubles qui agitent depuis quatre ans la nation et ont fait tant de malheureuses victimes.) fou de rage jette un livre à la figure du président.

Renaudin, 56 ans, « je péris innocent, j'atteste que je n'ai jamais eu de mauvaises intentions contre ma patrie ».

Scellier, 39 ans, malade depuis quelques temps, essaie en vain de retrouver de l'énergie pour démentir la déclaration du jury à son égard ; il enfonce son chapeau sur sa tête et insulte à tout-va. Un gendarme veut l'obliger à se découvrir, il prend son chapeau et le jette par la fenêtre. Juge au matin du 9 thermidor, il avait pris sans sourciller la suite des interrogatoires commencés par son « patron » Dumas lorsque celui-ci fut arrêté.

Vilate 28 ans, Joachim de son prénom, dit Sempronius Gracchus, prêtre défroqué s'indigne qu'on puisse le confondre avec un scélérat comme Fouquier.

L'accusateur public procéda à la lecture de l'article concernant la confiscation des biens des condamnés au profit de la république.

Fouquier demanda la parole : « après avoir fait une procédure dans laquelle les seuls auteurs des crimes qu'on nous impute n'ont pas paru, on prononce contre nous la mort quoique les vrais coupables (Barère, Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Vadier) n'aient été que déportés. Où est la justice ? Je n’ai été que la hache de la Convention : Punit-on une hache ? Mais la postérité jugera ; je n'ai plus qu'un mot à dire : je demande qu'on nous fasse mourir sur le champ ».

Le président fait retirer les condamnés. Il est six heures du soir.

Commenter cet article