PARIS 1794: LE FERMIER A DIT LA VERITE, IL DOIT ÊTRE EXECUTE....

Publié le par culture

Pierre Verrier, fermier de la Saulsotte village situé à proximité de Villenauxe dans l’Aube (actuellement Villenauxe la Grande), est condamné à mort le 23 ventôse an II - 13 mars 1794 -par le tribunal révolutionnaire de Paris comme contre-révolutionnaire pour avoir dit :

« la nation est gouvernée par des gueux, des coquins, des gredins ; la nation me fait payer plus d'impôts que je n'ai de revenus, elle ruine tous les propriétaires et les fermiers ; je désire l'arrivée du roi de Prusse et l’attends à mon dîner ; jamais la nation ne pourra l'emporter sur les puissances coalisées ; la France ne peut être gouvernée que par un Roi, et tant qu'elle n'en aura pas, elle sera sans pain ; les Représentants du peuple sont tous des barbares et gens de mauvaise vie ; ils vont tirer tout l'argent de la France pour se sauver avec ; ils font périr tous les enfants et tous les citoyens. Dans la Convention nationale il n'y a pas un seul homme à talent ; elle n'est composée que d’un tas de marchands de bois et de marchands de charbon, de va-nu-pieds et elle ne désire que de faire la loi ».

Pour avoir exprimé un tel blasphème il est exécuté le jour de son « « « jugement » » » sur la place de la Révolution (actuelle Concorde).

Le juge est Dumas et l’Accusateur Fouquier-Tinville qui ne sait pas encore que 13 mois plus tard c’est lui qui sera à la place de Pierre Verrier !

Pierre Verrier est un des 155 exécutés de ce seul mois de mars 1794 soit CINQ exécutions par jour, mais jusqu'au 9 thermidor le Tribunal révolutionnaire va augmenter ses cadences !

Ce sont les valeurs fondatrices de la république chères à quelques uns de nos hommes politiques !

(Parlant encore français, lorsque j'écris homme c'est au sens de genre humain - homo-inis et non vir-i).

Commenter cet article