Les BRIGANDS du BOCAGE : fin de ce qui aurait pu être une belle histoire.

Publié le par culture

 

IL Y A UN TEMPS POUR RIRE ET UN TEMPS POUR PLEURER

L'Ecclésiaste

Ayant entendu des rumeurs dans la journée de samedi, je téléphonais à la Préfecture de la Vendée dès lundi matin. Le Service des Associations me confirmait que G. Herbreteau, avait dissout l'association des Brigands du Bocage dont elle était présidente. Le Procès-verbal de dissolution est signé de deux personnes, la Présidente et la Trésorière ; contrairement aux textes il n'y a pas eu de convocation pour l'Assemblée Générale extraordinaire et, d'autre part, les Membres du bureau qui avaient démissionné étaient toujours inscrits sur la liste des personnes de l'Association, avec leurs fonctions.

Cette dissolution a été prononcée le vendredi 16 janvier à 17 H au domicile de la présidente et il serait étonnant qu'il n'y ait pas eu, pour assister à cette veillée funèbre, les complices qui m'ont traîné dans la boue depuis plus d'un an.

Toujours est-il que cette dissolution n'est pas légale ; la Présidente ne s'est même pas donnée la peine de joindre un fac-similé de la convocation soi-disant envoyée aux adhérents.

A l'origine de cette triste affaire, un fait divers : Une adhérente des Brigands du Bocage (BdB pour simplifier) perd tout dans un incendie, dans la nuit du 24 au 25 novembre 2012.Les BdB lançaient une collecte à laquelle le Souvenir Chouan de Bretagne s'associait dès le 26. Réaction rapide, tout transite par les BdB. De chez moi part un coffre de C5 de vêtements et un chèque de 150€. Les dons affluent. Les gens sont très généreux.J'entends des bizarreries ; une longue enquête me permet de prendre contact avec la sinistrée de lui dire qu'elle doit être contente de la générosité des uns et des autres. Reconnaît qu'elle a reçu un vieux manteau et quelques €. La Présidente ne répondant pas à mes Mél demandant de connaître la trésorerie de l'Association dont je suis membre, je me vois contraint de passer aux lettres recommandées ; nous sommes en novembre et décembre 2013. Après la quatrième lettre, recommandéAR, c'est un déferlement de lettres d'insultes, qui cvommencent il y a juste un an ;  je vais les passer sur ce Blog. Seulement pour avoir demandé, ce qui est légal, de connaître la Trésorerie de l'Association des Brigands du Bocage.

Or il n'y a plus de trésorerie, la banque B.P.A. a mis le compte de l'Association au contentieux, mon chèque de cotisation de 25 € pour l'année 2013 a été endossé par le compagnon de la Présidente, de même que mon chèque de 150€ de don ainsi ques les chèques de X et Y le tout pour une somme dépassant les 10 mille €. J'ai déposé plainte le 12 septembre 2014, pour abus de confiance et détournement de fonds. Le restaurateur qui a servi le repas de mariage de la présidente des BdB le samedi 6 décembre a porté plainte pour abus de confiance et grivèlerie (7.700€), il reste encore du monde.

La dissolution de l'Association n'arrête en aucun cas les plaintes déposées.

Il est honteux que les adolescents et jeunes adultes qui s'étaient lancés corps et âmes dans cette aventure aux aspects très sympathiques aient été manipulés par des personnes sans scrupules, pour ne devenir que des appâts à fric, sur le dos de ceux qui se sont soulevés il y a 220 ans pour leur honneur et leurs libertés. C'est cela qui est le plus scandaleux. La perversité de la manipulation mentale et l'absence de moralité.

Cette affaire est grave et risque de mettre en cause notre crédibilité. J'ai été traîné dans la boue y compris par des proches bien manipulés. Mais j'ai pu aussi recevoir le ferme soutien de personnes chaleureuses, femmes, hommes, prêtres qui m'ont encouragé. Je pense que la violence des propos tenus démontre qu'en demandant la connaissance de la Trésorerie des Brigands du Bocage j'ai mis le doigt sur quelque chose qui ne sent pas bon.

Ceux qui se sont bien amusés vont moins le faire maintenant oui, il y a un temps pour rire et un temps pour pleurer.

Noël Stassinet,

Président du Souvenir Chouan de Bretagne

Commenter cet article