LA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La Contrie

Publié le par culture

31 janvier : Belle soirée de vernissage à La Chabotterie, vendredi dernier, soirée à laquelle, parmi 800 personnes, avait été invité le président du Souvenir Chouan de Bretagne.

Cette soirée de vernissage était organisée pour présenter officiellement  le réaménagement du parcours consacré au héros Brito vendéen François Athanase Charette de la Contrie dont on oublie trop souvent de rappeler que, natif de Couffé en Loire-inférieure, l'essentiel de son combat s'est passé dans le pays de Retz qui est un des Etats de Bretagne, et non une partie du Poitou comme le reste de la Vendée. Il a vécu plus de temps en Bretagne qu’en Vendée.

Cette notion de géographie rappelée, cette soirée permit de faire des rencontres intéressantes. Ce fut l'occasion aussi de renouer avec le président de Vendée militaire et de saluer entre autres le webmaître du Blog Vendéens et Chouans et de passer des moments sympathiques avec le patron de Pays et Terroirs, Jean-Christophe Ménard.

LA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La ContrieLA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La Contrie

Organisée de main de maître par l'équipe de la Chabotterie, en particulier par son directeur et son responsable de la communication, la réception commença par le discours d’accueil du député local suivi de celui du Président du Conseil Général de la Vendée, Bruno Retailleau. Ce dernier fit un historique de La Chabotterie qui a rencontré Charette à la suite de sa capture dans les bois mitoyens, le 23 mars et emmené dans la cuisine, allongé sur la grande table pour que ses plaies soient sommairement pansées. Il sera ensuite emmené à Angers puis ramené à Nantes pour y être exécuté, place de Viarmes, le 29 mars 1796. La république lavait, à sa manière, le Traité de La Jaunaye signé un peu plus de treize mois plus tôt (17-18 février 1795).

Nous eûmes droit au traditionnel rapprochement entre Charette et Clémenceau malgré les incongruités que cela représente. Se souvenir du discours de Clémenceau à la Chambre des députés le 29 janvier 1891.

Evocation aussi de l’achat de La Chabotterie par le Conseil Général de la Vendée sans que soit prononcé une seule fois le nom de celui qui est à l’origine de cet achat: Philippe de Villiers. Il me semble assez extraordinaire, voire extravagant, sinon injurieux, de parler de Charette et de La Chabotterie sans évoquer, a minima, l'ombre qui flotte sur ces lieux évocateurs du combat des Révoltés, celui qui a tout fait pour la Mémoire, celui qui a sorti des catacombes de l'oubli le Souvenir des Convaincus de 1793-1796, sur tout le territoire de la Vendée, de Tiffauges au Sables d'Olonne, celui qui en ce lieu de La Chabotterie, puis sur le site du Puy du Fou a restauré la Mémoire de ceux qui se sont levés au nom de leurs Libertés, y compris la Liberté religieuse : Philippe de Villiers ! Il aurait pu être au moins cité par son successeur à la Présidence du Conseil Général !

En 1990, à l’initiative de Philippe de Villiers, le C.G.85 avait acheté à la Famille de Goué ce manoir qu’elle n’avait plus les moyens d’entretenir et Philippe de Villiers voulait en faire le phare du soulèvement de 1793. Les calomnies avaient plu de façon drue en particulier de la part du « Canard Enchaîné » suspectant un favoritisme de famille confondant, sans aucun doute volontairement, le nom de Madame Dominique de Villiers, née de Buor et la famille de Goué. Pour le "canardeur" tout ce qui porte particule devient de la même famille ! La Justice avait tranché et condamné le « canard » à une lourde amende.(Monsieur de Villiers m’avait envoyé le Livre Blanc réalisé sur cette affaire présentée de façon odieuse, et pas seulement par les gauchards ; TF 1 y était allé de sa pique).

LA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La ContrieLA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La ContrieLA CHABOTTERIE et François Athanase CHARETTE de La Contrie

Si la précédente présentation avait un peu vieilli avec ses automates, scènes guerrières et ses innovations (22 ans d'usage intensif, quand même), elle avait représenté le Top lors de son inauguration en 1993 et charmé les 42 Américains que j’avais amenés là le 4 juin 2009.

Nous sommes à l’heure du numérique et du virtuel : place aux techniques modernes. Port d’écouteurs (200 en tout !) laissant les oreilles dégagées pour entendre aussi son voisin, connections Wi-Fi, technologies tactiles pour découvrir le vrais visage de François Athanase et autres découvertes qui réjouiront jeunes et moins jeunes.

De quoi passer un après-midi en agréable compagnie, avec un personnel sympathique et souriant, dans un site superbe avec ses diverses pièces habillées en un parfait style XVIIème XVIIIème. Que du bonheur !

Un buffet de grande qualité (toujours à La Chabotterie !) fut servi permettant aux uns et aux autres de prolonger cette belle soirée et d’échanger sur des sujets divers et certain avarié.

Merci à Monsieur Landry Quairault, Directeur de la communication, pour les clichés.

Ouaip ! Non cité, nous sentions quand même Philippe de Villiers bien présent.

Commenter cet article