PIERRE GUILLEMOT a été fusillé ce matin à Vannes, 5 janvier 1805

Publié le par culture

PIERRE GUILLEMOT a été fusillé ce matin à Vannes, 5 janvier 1805
PIERRE GUILLEMOT a été fusillé ce matin à Vannes, 5 janvier 1805
PIERRE GUILLEMOT a été fusillé ce matin à Vannes, 5 janvier 1805
PIERRE GUILLEMOT a été fusillé ce matin à Vannes, 5 janvier 1805

Pierre Guillemot est né à Kerdel, hameau de Bignan, dans le Morbihan, d’une famille de cultivateur, le 1 novembre 1759.

Il a été arrêté le 15 décembre - capturé serait un terme plus exact vu le déroulement de l'arrestation - par 11 Hussards qui lui ont causé 17 blessures après une brève poursuite dans le champ attenant à la maison de Bréluhern, dans le grenier de laquelle il se dissimulait depuis quelques jours.

Il est traduit devant une Commission militaire, devant laquelle il a été amené sur un brancard le vendredi 4 janvier (14 nivôse An XIII) ; un bref jugement - il ne parle pas - le condamne à mort.Il se contentera surtout de protéger son fils Julien (qui laissera un ouvra de Mémoires "Lettre à mes neveux").

Il y a 210 ans, ce 5 janvier (qui est un samedi 15 nivôse An XIII) sur le plateau de La Garenne à Vannes, là où il y a un peu moins de dix ans ont été fusillés Monseigneur Urbain de Hercé, le comte de Sombreuil et 14 autres personnes (28 juillet 1795), à 11 H du matin, Pierre Guillemot est fusillé, assis sur une chaise car ses blessures l'empêchent de se tenir debout.

Ainsi finit la vie, à l'âge de 45 ans deux mois et 4 jours, de celui qui futau service de la Chouannerie, le Roi de Bignan "Roue Bignen", valeureux contre-révolutionnaire, Adjudant-général de l'Armée Catholique et Royale de Bretagne, Lieutenant de Georges Cadoudal.Il laisse quatre enfants.

Ancien élève du collège Saint -Yves de Vannes (comme la majorité des chefs Chouans), comme beaucoup de ceux qui allaient devenir Chouans il fut plutôt favorable aux premières réformes proposées - il sera même élu Procureur-syndic à Plumelec où il réside à l'époque - mais très vite le dérapage anti-catholique le fit entrer en rebellion. Revenu chez lui à Kerdel avec femme et enfants, il reprend l'exploitation familiale.Sa maison sera vendue comme Bien national dès ses premières opérations. L'Association qui a restauré la maison actuellement Musée ne représente qu'un quart de la superficie de la maison à l'origine.

Pierre Guillemot était rentré d'Angleterre en mai 1804 pour tenter de délivrer Georges Cadoudal de la prison du Temple. Mais aussi courageux, agile, habile et intelligent fut-il, il ne trouva personne pour l'accompagner et dut se résigner à l'exécution de son ami.Il fut dénoncé aux autorités impériales, en novembre 1804, par son "Courrier" Marc Le Guénégal, de Kerdréan à Plougoumelen.

Merci à Monsieur l'Archiviste de la municipalité de Vannes pour la communication de l'Acte de décès.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article