"Je suis l'Immaculée Conception"

Publié le par culture

A une époque où seule la Sainte Patronne de la France peut sauver notre pays, il est utile de rappeler cette grande fête du Dogme (Expression d'Eglise) énoncé et défini par le Pape Pie IX le 8 décembre 1854, définissant la naissance de Marie sans la tache du péché originel (certaines personnes confondant avec la naissance virginale de Jésus), la marque depuis la désobéissance d'Eve. Ce qui explique l'appellation donnée à Marie "La nouvelle Eve" de conception identique à celle de la création et qui, elle, n'a pas failli.

Il faut se souvenir qu'il y a 220 ans, les Révoltés s'ils avaient en main le fusil, la fourche, le pennbaz, ou le dail emmanché à l'envers, avaient aussi, dans une poche, accroché à la ceinture ou pendu autour du cou, leur chapelet. Non par superstition ou par goût folklorique, mais comme un objet de prière qui les protégeait, non des aléas terrestres mais pour l'au delà.

Que soy era immaculada councepciou, Que soy era immaculada councepciou, Que soy era immaculada councepciou répète, en courant à en perdre haleine, de la grotte de Massabielle jusqu'au presbytère de Lourdes une jeune fille de 14 ans, en ce 25 mars 1858. "Tu n'as pas le droit de prononcer ces mots", la tance vertement le curé Peyramale. "Mais c'est vous qui m'avez dit de demander à la Dame de la grotte de me dire son nom. C'est celui qu'elle m'a donné".

Dans cette famille Soubirous, la petite Bernarde, dite Bernadette pour éviter la confusion avec une parente, ne peut pas savoir la signification de ce nom étrange. Le clergé connaît ce dogme qui reste assez peu connu et qui a coûté la vie à Monseigneur Dominique Sibour, Archevêque de Paris, le 15 janvier 1857, assassiné par le prêtre Verger qui récusait cette définition papale.

La presse n'est guère favorable à la retransmission des événements catholiques, bien tenue en main par les francs-maçons et les athées. Et puis il y a les "Libres Penseurs" en réalité esclaves de la pensée. Si maintenant ils s'en prennent aux crèches, au XXIème, asservis aux Loges, ils sont vigilants contre le catholicisme

Le clergé , encore marqué par la grande révolution et celle de 1848, est prudent. Il n'y a pas la radio, ni le téléphone et encore moins Internet. Et ce dogme demande à être bien expliqué. Pour une petite fille qui, vu la situation familiale et son rôle d'aînée de neuf enfants (quatre mourront en bas âge), la fréquentation de la messe, du Catéchisme ou de l'école n'est pas de stricte observance. Il n'a pas été possible à Bernadette de comprendre ce que la Dame a dit.

Ce sera un des éléments qui décidera l'abbé Peyramale à s'intéresser à ce que dit cette gamine, quasiment illettrée en français, ne comprenant et parlant pratiquement que le bigourdan, langue en laquelle se fait comprendre la Dame de la grotte.

Le vœu de la Dame sera réalisé, malgré le scepticisme ou la persécution. Désirant une chapelle, c'est une basilique en triple sanctuaire qui sera construite en l'honneur de la Vierge Marie.

N'ayons pas peur de le dire :

Bénie soit sa Sainte et Immaculée Conception.

Commenter cet article