ROCHEFORT 1794, SACERDOCIDES...

Publié le par culture

Leurs crimes:

1/ Être prêtres ou religieux,

2/ Ne pas avoir prêté le Serment de désobéissance au Pape.

 

Abbé Vincent BENOIST- Né le 17 février 1745 au village de Cariel en Séné, fils de Joseph, capitaine de barque, et de Nicolle Roland. Ordonné sous-diacre à Notre-Dame du Mené le 22 septembre 1770, diacre le 16 mars 1771, il est ordonné prêtre le 21 septembre 1771 par Monseigneur Charles-Jean de Bertin. Vicaire chargé de la frairie Sainte-Marguerite de Sulniac, il fut détenu à la Retraite des femmes à Vannes en octobre 1782, puis arrêté le 11 octobre 1793 comme insermenté :

"Nous avons saisi chez lui un prêtre caché dans le grenier, et revêtu de son costume; nous l'avons jugé de bonne prise ainsi que sa chambrière, qu'il nous a dit être sa sœur; après d'autres perquisi­tions chez lui, nous y avons apposé les scellés", dit le rapport du citoyen Bosquet.

Ecroué de nouveau à la Retraite des femmes de Vannes, il est du nombre des dix-sept prêtres embarqués à Vannes sur "Le Patriote" le 3 mars 1794. Arrivé à Rochefort le 26 mars il est transféré sur "La Nourrice", puis sur "Les Deux Associés". II y meurt le 30 août, âgé de 50 ans et fut inhumé dans l'île Madame.

L'ont précédé dans la mort ses confrères bretons:

Abbé André-François BRULON – Né de Jean-Baptiste et de Mathurine Bocher à Vannes et baptisé le 19 août 1744 en la paroisse Saint-Pierre (cathédrale), fils. Ordonné diacre le 2 avril  1768 et prêtre le 24 septembre 1768 par Monseigneur de Bertin en l'église du Séminaire du Méné, il est chargé des chapellenies de la Madeleine (Saint-Patern) et de Saint-Martin (cathédrale) et habite une maison au bas de la rue des Chanoines (près de la Porte-prison). Le 1er juin 1791, il est accusé par l'évêque Le Masle et par ses voisins d'être capable d'incendier son quartier en laissant allumées plusieurs chandelles la nuit (messes clandestines). Il est enfermé, sur ordre de la commune, à la maison d'arrêt de la Porte Saint-Patern (actuelle Porte-Prison). Le 11 juin, il est transféré, à ses frais, à l'hôpital général. Arrêté début mars 1794, il est du convoi qui part de Vannes le 3 mars. Transféré sur "Les Deux-Associés", il décédera le 28 août, à l'âge de 49 ans; il fut enterré dans l'île Madame.

 

 

Abbé Pierre HERVÉ - Né à la métairie du Breil à Porcaro en Guer, de Jean et de Marguerite Ealet, le 16 février 1762, il est  baptisé le même jour en l'église de Monteneuf. Ordonné diacre le 10 juin 1786 et prêtre en 1787 pour le diocèse de Saint-Malo par Monseigneur Urbain de Hercé il est nommé vicaire à Maure ­de-Bretagne du 20 juillet 1788 à la fin de l'année ; ensuite il est, comme auxiliaire de M. Foulon, recteur de Monteneuf, chapelain de la frairie de la Grée-Basse (La Gacilly). Son nom figure sur les registres paroissiaux de mai 1790 jusqu'au 12 octobre 1792. Insermenté et classé "modéré" par le district de Ploërmel le 12 juin 1792, il est cependant arrêté par les gendarmes de Malestroit et conduit à Port-Louis le 18 septembre 1793. Embarqué pour Rochefort sur "Le Patriote", il est emprisonné sur "Les Deux­ Associés" où il mourra, âgé de 32 ans, , le 25 août 1794 ; ses confrères l’enterreront dans l'île Madame.

 

Abbé Louis-Augustin BERNARD - Né le 26 février 1753 en la paroisse Saint-Gildas d'Auray, fils de François et de Perrine Lorho, commerçants. Ordonné prêtre au Mené en mars 1776 par Monseigneur Sébastien-Michel Amelot, il est nommé vicaire à Belz. Sa mauvaise santé l'oblige, en septembre 1792, à se retirer dans sa famille à Auray. Insermenté, dénoncé le 26 septembre 1792, et craignant la déportation comme rebelle aux lois, il adresse en vain, le 16 septembre 1793, une lettre-supplique aux administrateurs du département et est écroué à Vannes le 17 octobre. Condamné à la déportation le 25 janvier 1794, il fait partie du convoi qui part de Vannes le 3 mars; il est porté sur la liste des émigrés du 28 mars 1794. II mourra sur le ponton "Les Deux-Associés" le 4 juillet, âgé de 41 ans. Ses confrères l'inhumeront à l'île d'Aix.

 

Mais aussi dans les mêmes dates:

-Abbé Charles Anus, curé-doyen de Verdun, mort sur le "Washington" à l'âge de 71 ans, le 28 août et inhumé dans l'île Madame,

-Abbé Jacques Bernard, curé de Moulins (Allier), mort sur "Les Deux Associés" le 28 août à l'âge de 69 ans et inhumé sur l'île Madame,

-Père Pierre Breton, capucin de Rouen, mort sur "Les Deux Associés" le 27 août à l'âge de 58 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Père Nicolas Dubois, bénédictin d'Evreux, mort sur "Les Deux Associés" le 29 août à l'âge de 43 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Jacques Duval de Hazey, de Rouen, mort sur "Les Deux Associés" le 29 août à l'âge de 51 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Elie Eymard, vicaire à Périgueux, mort sur "Les Deux Associés" le 28 août à l'âge de  31 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Joseph-Gilles Ferey, chapelain de Coutances, mort sur "Les Deux Associés" le 28 août à l'âge de 39 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Père Nicolas Fritche, augustin de Metz, mort sur le "Washington" le 30 août à l'âge de 67 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Joseph Guérin, tertiaire de Nancy, mort sur "Les Deux Associés" le 30 août à l'âge de 51 ans, inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Nicolas Hautcolas, curé à Verdun, mort sur le "Washington" le 30 août à l'âge de 72 ans et inhumé sur l'île Madame.

- Abbé Antoine de Lamorre, Principal du collège de Verdun, mort sur "Les Deux Associés" le 30 août à l'âge de 58 ans et inhumé sur l'île Madame ; son frère a été jeté à la mer le 6 août.

- Abbé Mathurin Lepelletier, curé à Angoulême, mort sur le "Washington" le 28 août à l'âge de 56 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Père François Lucas, curé Prieur de Verdun, mort sur "Les Deux Associés" le 30 août à l'âge de 68 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Abbé Jacques Poujol de L'Isle, vicaire de Périgueux, décédé sur "Les Deux Associés" le 29 août à l'âge de 38 ans et inhumé sur l'île Madame,

- Père Eloi de Richy, moine de la Trappe de Nancy, décédé sur "Les Deux Associés" le 29 août à l'âge de 42 ans et inhumé sur l'île Madame.

 

Il n'existe pas d'adjectif pour qualifier la façon dont furent traités ces prêtres et religieux ; les esclaves, enfermés sur les mêmes vaisseaux quelques années auparavant, furent traités de meilleur façon car ils avaient une valeur marchande alors que l'on déniait à ces prêtres et religieux enfermés là,  la simple qualité d'êtres humains; ils étaient mis là non pour mourir mais pour crever !

 

"Ces prêtres étaient rayés du livre de la République. On m’avait dit de les faire mourir sans bruit, dans le silence de l’océan. Je le faisais, moi ! Je les haïssais ! » 

Laly, capitaine du vaisseau "Les Deux Associés".

 

 

Commenter cet article