ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...

Publié le par culture

L’abbé Julien COLOBERT était né à Arzano en 1758, alors diocèse de Vannes, puis département du Finistère. Le 22 septembre 1787, il est ordonné prêtre par Monseigneur Sébastien-Michel Amelot ; il est nommé aumônier des Ursulines de Vannes. Refusant le Serment, il se retire dans la maison de campagne des religieuses à Kergrain en Ploeren. Il y est arrêté par les gendarmes de Vannes le 2 novembre 1792. Devant être déporté vers l’Espagne il est interné dans la citadelle de  Port Louis le 26 novembre ; il y reste 15 mois puis est ramené à Vannes. Là il écrit aux Administrateurs du département pour leur réclamer son écritoire et sa montre en argent qui lui ont été volés par ses gardiens. Le 3 mars, il est embarqué sur le navire « Le Patriote » à destination de Rochefort et là, emprisonné sur l’ancien vaisseau négrier « Les deux Associés ». Il décède, il y a exactement 220 ans à l’âge de 36 ans.

Il est inhumé dans l'Ile Madame, petite île à peu de distance de Rochefort ; ONZE de ses confrères maltraités comme lui, décédés le même jour, l'accompagnent dans la tombe.

ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...
ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...
ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...
ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...
ARZANO (29)? ROCHEFORT ÎLE MADAME 1794. Abbé Julien COLOBERT...

-L’abbé François Léonard de Belair, né à Chéronnac en Haute-Vienne, dans le canton de Rochechouart, curé de Saint Bazile, village du diocèse de Limoges, il prête le Serment à la Constitution civile, puis se rétracte. Emprisonné au début de 1793, il est déporté à Rochefort un an plus tard et enfermé sur "Les Deux Associés". Il meurt à l’âge de 55 ans, il y a 220 ans.

-Le Père Pierre-Etienne Courvoisier, né à Besançon en 1750, bénédictin, Procureur à l ‘abbaye de Nancy. Il refusa d’être relevé de ses vœux et de prêter Serment. Condamné à la déportation il fut dirigé sur Rochefort et incarcéré sur le négrier "Les deux Associés". Il meurt à l’âge de 44 ans, il y a 220 ans,

-Le Père Pierre Davilet né à Saint-Dié, religieux Prémontré du diocèse de Verdun, il prêta Serment et devint vicaire constitutionnel de la paroisse d’Aviller dans le même diocèse. Il prêta le nouveau Serment de  1792 dit « Liberté-égalité ». Il fut arrêté en début 1794 et  incarcéré sur "Les Deux Associés". Là il rétracta ses serments ; il meurt à l’âge de 50 ans, il y a 220 ans.

-Le Père Louis Guignier, né à Rouen, religieux de l’ordre de Grammont, refuse le Serment schismatique et quitte son couvent, l’ordre étant interdit. Arrêté dans le Poitou fin 1793, emprisonné à Poitiers, il est condamné à la déportation par le Tribunal criminel de la Vienne le 18 mars 1794. Emprisonné sur "Les deux Associés", il meurt le 22 août à l’âge de 52 ans, il y a 220 ans.

-Frère Jean-Baptiste Guillaume, en religion Frère Ulsaric, né à Fraisans, actuellement dans le département du Jura,  en 1755. Frère des Ecoles chrétiennes en leur établissement de Nancy, il refuse de prêter le Serment en 1790, perd son emploi mais reste à Nancy. Arrêté puis emprisonné en 1793, il est condamné à la déportation et emmené à Rochefort. Emprisonné sur "Les Deux Associés", il y meurt le 22 août 1794. Il avait 39 ans.

-L’abbé François Lavergne, né en 1763 à  Chenaud dans le département de la Dordogne, curé de Saint Michel de l’Ecluse, diocèse de Périgueux, refuse le serment schismatique de 1790 ; il est incarcéré en 1793 puis condamné à la déportation par le Tribunal criminel. Dirigé vers Rochefort, il est emprisonné sur « Les deux Associés ». Il meurt des suites des mauvais traitements le 22 août 1794 ; il avait 31 ans.

-Frère René Leroy en religion Frère René, né à Chalonnes sur Loire en 1739, il se fait Frère convers à l’abbaye de Sept-Fons dans le Bourbonnais (actuelle région d’Auvergne) dans le diocèse de Moulins. Lors de la dissolution des ordres religieux, en 1791, il conserve sa foi catholique, refuse le Serment. Arrêté en 1793 sur ordre des autorités de l’Allier, il est envoyé à Rochefort avec 75 autres prêtres et incarcéré sur "Les Deux Associés". Suite aux mauvais traitements il décède ce jour, il y a 220 ans, à l’âge de 55 ans.

-Père Elie Leymarie de La Roche, né à Périgueux en 1758, Prieur de Saint Jean de Coutras (Gironde), il refuse le Serment. A ce titre il est arrêté, en 1793,  sur ordre des autorités de la Dordogne car il était revenu à Périgueux. Il est incarcéré, début 1794, sur "Les Deux Associés". Doux de caractère il est chéri par ses confrères prêtres comme il l’avait été de ses condisciples du séminaire Saint Sulpice de Paris où il avait fait ses études sacerdotales. Il décède ce jour, il y a 220 ans, à l’âge de 36 ans. Il a été béatifié le 1er octobre 1995 par le Pape Jean-Paul II.

-Abbé Jean-François d’Oppel, né à Nancy en 1737, chanoine de la cathédrale, il refuse de prêter Serment et de quitter la ville. Arrêté en 1793, il est conduit à Rochefort et incarcéré sur "Les Deux Associés". Il meurt ce jour, il y a 220 ans, âgé de 57 ans.

-Abbé Jacques-Pierre Poitevin, né le 12 mai 1744, il est condamné à  la déportation en mars 1794 en tant que réfractaire au Serment à la Constitution civile du clergé de 1790. Il se cachait depuis 1791. Il est incarcéré sur "Les Deux Associés". Il meurt ce jour, il y a  220 ans, âgé de 50 ans

-Abbé Adrien Soullez, né à Richemont dans le diocèse de Rouen en  1764, esprit brillant, il devient un des directeurs du séminaire Saint Nicaise de Rouen. Il refuse de prêter Serment et reste dans sa ville, après la suppression du séminaire,  pour assurer son ministère sacerdotal. Arrêté en 1793, il est conduit, avec une vingtaine de ses confrères réfractaires, à Rochefort où ils sont enfermés sur "Les Deux Associés". Il meurt, ce jour il y a 220 ans, à l’âge de 30 ans.

La stèle, plantée à proximité de la croix ne révèle pas la Vérité. Ce sont en réalité 513 prêtres ou religieux qui sont morts sur les ex bateaux négriers "Washington" et "Les Deux Associés" ou sur l'Ile Madame, appelée à l'époque "Ile Citoyenne".

Le Commandant du "Les Deux Associés" est le capitaine Laly qui déclare : "Ces prêtres étaient rayés du livre de la République. On m’avait dit de les faire mourir sans bruit, dans le silence de l’océan. Je le faisais, moi ! Je les haïssais ! " mais aussi, en s'adressant à un prêtre qui remuait les lèvres sans doute pour une prière discrète, il s'écria :"Que fais-tu là scélérat, tu pries ton Dieu ; vois comme il te délivre ; prie donc ton génie, à la bonne heure, mais si j’en attrape quelqu’un à faire le moindre signe de religion, je le fais fusiller sur le champ."

Avec des moyens différents, la persécution est toujours d'actualité contre les membres du clergé catholique dans le monde qui ne manque pas de capitaines Laly.

Commenter cet article