ABBE JACQUES PERBET: lundi 28 avril 1794, à Saint Pierre Eynac

Publié le par culture

L'abbé Jacques Perbet, 62 ans, réfractaire à la Constitution Civile du clergé, est resté dans son pays de Queyrières et continue son apostolat dans cette région du Puy, son Velay natal. Il se cache depuis des mois ; pour son malheur, arrive un nouveau représentant en mission, un nommé Guyardin. Ce sinistre individu, 36 ans, a été chevalier au baillage de Langres puis a embrassé le sacerdoce. Il deviendra Vicaire général de Langres avant de renier sa prêtrise, de se marier et de se faire élire comme député de la Haute Marne à la Convention.

Il votera la mort du Roi.

Son premier travail, en Haute Loire est de lancer des battues aux prêtres : "La chasse aux loups est bien combinée" proclamera-t-il en guise de "Credo".

L'abbé Jacques Perbet, réfugié dans une ferme qu'il quitta en hâte pour ne pas compromettre ses hôtes,  tombe dans ses serres ainsi que l'ancien Procureur d'Yssingeau M.Aulanier.

Une trentaine de personnes est destinée à la prison du Puy. Emmenées d'abord au village du Pertuis elles  y passent la nuit, l'abbé attaché debout à un lit. L'aubergiste lui a préparé de quoi souper. Ce sera refusé par le garde-chiourme: "On fait bien jeûner les cochons avant de les tuer !"

L'abbé et son co-détenu ont compris qu'ils n'arriveraient jamais vivants au Puy, lieu prévu pour leur "jugement". Ils passent par Saint Hostien, devant sa petite église qui existe encore, et descendent la route. Des habitants sont là, les regardant passer. L'abbé Perbet reconnaît des visages qui se détournent, gênés.Il cherche à parler mais un homme, sorti de la foule, lui assène un violent coup de massue sur la tête.Ils remontent dans leur fourgon qui est placé en queue de cortège et arrivés au lieu-dit Lachemp, on les fait descendre, dans le virage, en bas du chemin qui était la route en 1794.

Huit gardiens laissent s'éloigner le reste du convoi et, là, massacrent les deux prisonniers entravés qui sont achevés à coups de fusil.

ABBE JACQUES PERBET:  lundi 28 avril 1794, à Saint Pierre Eynac ABBE JACQUES PERBET:  lundi 28 avril 1794, à Saint Pierre Eynac ABBE JACQUES PERBET:  lundi 28 avril 1794, à Saint Pierre Eynac
ABBE JACQUES PERBET:  lundi 28 avril 1794, à Saint Pierre Eynac

Un vrai culte va se développer sur le lieu du massacre du prêtre à tel point que le Directoire départemental prescrira la présence de troupes dans les villages aux alentours afin d'empêcher tout rassemblement. Sans grande efficacité.

La population ayant "canonisé" son martyr, Confesseur de la Foi.

L'abbé Jacques Perbet a été inhumé, après le Concordat, dans l'église de Saint Pierre Eynac.

Le lieu de son assassinat est toujours généreusement fleuri ; un ex-voto remercie saint Perbet !

Commenter cet article